Durant tout le mois d’octobre, un sujet par jour est proposé et chacun crée une réalisation. L’art étant souvent un loisir solitaire, c’est l’occasion de s’entraider, d’échanger des astuces et d’avoir l’opportunité de parler avec des personnes qui ont la même passion. Il n’y a aucune obligation, ni dans le suivi des sujets, ni dans la quantité du “travail”: un crayonné peut tout à fait suffir.

Inktober est à la base un événement fondé par Jake Parker en 2009. A noter que des controverses agitent le monde de l’art au sujet du créateur. Ce dernier a déposé la marque Inktober aux services de propriété intellectuelle, et essayerait de s’attribuer les droits sur les dessins des artistes participant au challenge, notamment en envoyant aux auteurs vendant leurs dessins réalisés pendant la compétition des lettres de mise en demeure. Jake Parker aurait aussi plagié l’artiste Alphonso Dunn dans l’idée de base et les techniques de dessin conseillées.

A cause de cela, mais aussi par émulation et créativité, de nombreuses listes alternatives voient le jour dès mi septembre. L’année dernière, j’avais recensé plus d’une cinquantaine d’autres possibilités!

En 2021, je me suis appliquée à suivre l’Inktober de manière régulière. La liste officielle ne me plaisant guère, j’ai décidé d’opter pour une totale liberté… et ai choisi un mot par jour dans toutes les listes parues! Au final, j’ai réalisé 26 dessins sur 31, et je parle de réalisations finies et non de simples croquis. Je suis donc plus que fière de mon résultat. J’avais envie de me challenger personnellement, et n’ai pas vu cela comme une forme de pression, au contraire. J’ai usé de 20 listes différentes, rien que cela! Vous pouvez voir mes résultats dans un guide instagram en suivant ce lien: Inktober 2021.

Voici mes 3 réalisations préférées:

J’ai réalisé un ours aux poychromos dans le cadre du #rusetober, doublement une première pour moi… Je n’avais jamais dessiné aux crayons de couleur ( colorié oui, dessiné…) et je n’avais jamais fait d’ours, ou même d’animal en fait! La preuve qu’Inktober permet vraiment de sortir de sa zone de confort, même quand on pioche dans plusieurs listes en fonction de son feeling ^^

 

 

 

Mon deuxième choix se porte sur cette demoiselle, baptisée ” Fille de l’Automne”, liée au défi de l’artiste Inktomorphe. Je l’aime particulièrement car elle fait partie de la collection d’illustrations que j’ai mis en vente fin octobre 2021. Il s’agit d’un dessin numérique sur lequel j’ai passé 4h… C’est qu’il y en a des petits traits dans ce pull!

 

 

 

 

Enfin, j’ai eu envie de vous montrer ces bougies fleuries fait maison, que j’ai lié au challenge #goodfeelinktober. L’idée est de prouver que toutes les techniques sont possibles, même la création d’objet! Le seul frein est votre imagination.

 

 

 

 

Au sujet des listes différentes, je vous prépare un guide sur Instagram les recensant!

 

Venons à ce qui vous fait lire cet article… comment mener à bien un Inktober? Plusieurs points pour moi sont importants à évoquer.

Je vais peut-être enfoncer une porte ouverte… mais pour créer, il faut être un minimum organisé avec son matériel. Je l’évoquais dans l’article Favoriser la mise en place d’un processus créatif, il est important d’avoir ses outils facilement accessibles, les crayons taillés, la table a minima dégagée pour peindre… Sinon, l’envie de dessiner disparaîtra au fur et à mesure que le rangement se fera. Pour reprendre les propos de Magali Cazo:

” Si le résultat est souvent destiné à être montré, le processus pour y parvenir a souvent lieu dans l’intimité de l’artiste. Si nous voulons que l’oeuvre qui sort de l’atelier soit bien nourrie, offrons lui un nid confortable.”

Autre point à évoquer, la nécessité de ritualiser le moment en lui consacrant clairement un moment, et s’y tenir. Si vous souhaitez dessiner tous les jours (et rien ne vous y oblige), vous devez déterminer un instant clair ( 30 minutes après le repas du soir, 20 min avant de partir au travail ) où vous allez créer. Si vous attendez d’avoir un moment de libre sans le susciter, vous ne tiendrez ce challenge que 3 jours. Et en réalité, ce n’est pas grave.

J’en viens à une chose essentielle. Les réseaux sociaux induisent une pression forte. On voit des réalisations sublimes non stop, et encore plus lors de l’Inktober. Il est facile de se décourager devant tant de beauté, on ne voit que le résultat final et la régularité supposée des artistes (souvent professionnels aguerris) et on se sent nul, au point de poser le crayon. C’est bien dommage, car l’Inktober est une opportunité de découvrir et parler avec des artistes du monde entier, un moyen aussi de s’améliorer via une pratique plus régulière, une façon ludique de sortir de sa zone de confort. Mais pour cela, il faut se détacher de la pression du résultat, et ne pas oublier de profiter. Un dessin est raté? Ce n’est pas grave, vous ne referez pas les mêmes erreurs lors du prochain essai!

Pour mener à bien mes 26 dessins sur 31 de l’année dernière, j’ai triché. Je m’explique: j’ai lu les listes en avances, fin septembre, ai mis en place un planning de dessins… et ai commencé le 20 septembre, pour arrêter le 5 novembre. Certains me diront que je n’ai pas respecté les règles d’Inktober. C’est vrai. Mais j’ai pris du plaisir, appris des choses, et me suis sentie fière de moi. C’est à mes yeux l’essentiel! On peut tout à fait imaginer que vous fassiez 4 dessins de suite car vous êtes lancés, et que le lendemain les 15 min consacrés au dessin ne donneront pas de résultat valable selon vous. Et ce n’est pas grave!

Il ne faut pas oublier une chose très importante: Inktober est certes un défi, mais un défi où l’on gagne de la pratique et de l’expérience. Toute erreur est positive, tout essai est bon, vous n’avez aucune obligation, que ce soit de poster sur les réseaux ou de dessiner tous les jours. L’essentiel est de prendre du plaisir en créant. Ce serait bien dommage de se gâcher cette belle passion qu’est le dessin avec du stress pour un challenge!

Autre conseil: le faire en communauté. Si vous êtes en contact avec d’autres personnes lancées dans un Inktober, n’hésitez pas à vous encourager via un groupe de conversation. Si je parle de cette idée, c’est parce que j’en propose un sur Instagram! Si ca vous tente de papoter avec moi d’Inktober, n’hésitez pas à m’envoyer un message privé sur ma page L’Atelier Hello ^^

Voilà pour ce debriefing sur l’Inktober! J’espère que cet article qui redynamise mon site internet vous aura plu 🙂 Merci beaucoup de m’avoir lu et à bientôt ^^

signature


2 commentaires

Mathilde · septembre 22, 2022 à 6:48

Purée, quel travail ! Merci beaucoup pour cet écrit ! Où faut-il s’inscrire pour faire inktober ?

    latelierhello · septembre 22, 2022 à 7:39

    Re-bonjour Mathilde! Merci pour ton gentil commentaire. Pour Inktober, pas d’inscription, tu fais les choses comme tu le souhaites et si tu veux le partager, tu le postes les réseaux. Si tu parles du groupe de conversation que je propose, les inscriptions sont sur insta, via un mp que tu m’adresserai, vu que c’est sur ce réseau que je propose de papoter 🙂 Bonne journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *