Bonjour à tous!

Aujourd’hui, j’avais envie via ce site internet de faire un retour sur mon expérience du site Domestika et d’un cours en particulier qui m’a beaucoup plu, celui de Karishma Chugani.

Domestika est une plateforme de cours en ligne. Pour une somme modeste (environ 10 euros), vous pouvez accéder au cours vidéo que vous avez choisi. Les thèmes sont variés: cela va du processus d’écriture d’un roman à comment composer un feed instagram, en passant par l’art de créer une tasse en porcelaine ou comment dessiner les visages aux pastels… Vous l’aurez compris, il y en a pour tous les goûts et les cours proposés sont très précis.

Si le site est espagnol, ce n’est nullement un frein. Toutes les vidéos sont sous-titrées en français et anglais, idem pour le forum de discussion.

Chaque cours se compose de plusieurs heures de vidéos, durant lesquelles l’enseignant explique son propos en montrant des exemples, d’exercices et je le disais, d’un forum où élèves et professeur échangent. Une fois le contenu acheté, il reste accessible à l’infini.

Je dessine dans des carnets depuis des années. Au début, je me contentais d’en emmener un durant mes vacances, pour m’épargner les feuilles volantes. Puis j’ai doucement commencé à intégrer les carnets à ma pratique régulière, avec notamment un carnet par an dédié à Inktober. J’ai ensuite choisi de consacrer un carnet par technique ( feutres, pastels etc).

C’est avec le guide « Éclore » de Magali Cazo que je me suis habituée à user de mon carnet comme d’une forme de journal intime, avec en vrac mes idées du moment, mes pensées, des dessins plus ou moins aboutis… Et j’ai réalisé combien ce dernier fonctionnement me convenait.

Je craignais au début que mes carnets manquent d’unité d’une page à l’autre, mais au final sans me limiter dans ma pratique, l’ensemble reste cohérent, car du même auteur, tout simplement! Je me suis forcée à perdre ma mauvaise habitude de déchirer les pages que je considérais comme ratées, pour au contraire les considérer comme des éléments de réflexion. Au final, je me suis retrouvée à remplir un carnet en un peu plus d’un mois! Cet objet m’a énormément fait du bien dans ma pratique. Il m’a aidé à sortir de ma panne créative récente, évoquée via l’article Gérer ses instants de panne créative.

white and green floral greeting cards

En errant à la recherche d’un cours sur Domestika, je suis tombée sur l’intitulé « Carnet de dessin, explorez votre processus créatif« , un cours animé par l’artiste Karishma Chugani. Il m’a paru correspondre complètement à ce que je cherchais, souhaitant en effet développer davantage encore ma pratique du carnet créatif. J’avais envie de prendre encore plus de risques, d’expérimenter davantage grâce à ce formidable outil qu’est le carnet.

Karishma Chugani est une artiste au parcours fascinant et cosmopolite. Née à Casablanca, elle est d’origine indienne, a fait ses études en Angleterre, a des racines françaises et vit à Madrid. La diversité évoquée lui permet d’avoir un univers créatif exceptionnel et bien à elle, et c’était passionnant que de l’écouter narrer sa vie durant la vidéo de présentation. Elle a écrit et illustré plusieurs livres, et s’est spécialisée dans le papier découpé, tout en étant très polyvalente.

Le cours « Carnet de dessin, explorez votre processus créatif » s’articule en 5 unités.

L’introduction permet à l’artiste de se présenter et d’évoquer ses références artistiques. Via le forum, j’ai découvert en parlant avec d’autres élèves les films « Le Secret de Kells »,  » Wolfwalkers », et le jeu vidéo  » Genesis noir », preuve que les discussions peuvent être très prolifiques! Comme exercice, il était demandé de faire un autoportrait et d’évoquer ses propres sources d’inspiration. Ensuite, il fallait commencer à réfléchir à un projet dédié au cours.

L’unité 2 s’intitulait « Collecte de matériaux ». L’idée était de préparer une boîte à outils créative avec les fournitures qui nous entoure, et de tenir compte des ressources dont on dispose, même les plus inattendues. C’est ainsi que plus tard dans le processus je me suis retrouvée à broder dans mon carnet! J’ai beaucoup aimé la découverte des propres carnets de Karishma, que j’ai trouvé très inspirants.

L’unité 3, alias « Face à la page vierge », nous invitait à nommer notre projet et à mettre en page nos recherches graphiques.

J’ai choisi de « tricher » quelque peu et ne pas nommer mon projet. J’ai usé d’une présentation type Scrabble pour énumérer des mots.

Au final, j’ai choisi de faire un projet sur le thème de la pomme à travers les mythes et les contes. A la base je voulais réfléchir sur la sorcellerie ou la mort à travers les contes, d’où le titre présenté. Puis le symbole de la pomme m’a frappée, c’est un élément constant dans les récits, avec Adam et Ève, Blanche Neige, la pomme d’or d’Hélène de Troie qui entraînera la fin des Troyens etc.

Karishma a proposé alors quelques exercices d’échauffement simples. Après avoir donné un nom à son projet et réfléchi à la typographie, nous devions choisir une palette de couleurs, l’occasion de réviser son cercle chromatique.

Ensuite, nous avons appris à composer visuellement des éléments sur une page. Au fur et à mesure de ma progression, j’ai pu observer l’évolution non de mon style, mais de ce que Karishma appelle le langage visuel, et j’ai pu déterminer où j’allais en terme de pratique.

J’ai commencé en créant un accordéon comme dans la leçon, et ai mis en parallèle deux images qui se répondaient. J’ai complété le dessin de droite pour le faire sortir du cadre.

Altérer la recherche 1

L’unité 4 était basée sur la découverte de techniques nouvelles pour moi, comme l’estampage ou la découpe de papier. A la fin des vidéos, on était invité à illustrer son projet via des papiers découpés, puis à réfléchir sur les freins, les démons qui nous empêchent d’avancer dans notre pratique créative.

Enfin, l’unité 5 a permis de faire un bilan de tout le cheminement réalisé, de faire le point sur ma pratique et de déterminer quels éléments étaient constitutifs de mon art.

En conclusion, j’ai adoré ce cours, qui m’a permis de remplir une vingtaine de pages dans mon carnet en me sentant réellement portée par un élan créatif, une chose qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps! J’ai appris énormément de choses et ai pu comprendre ce qui constitue ma pratique. La production finale de toute cette réflexion est à découvrir sur instagram, même si au final j’ai plus aimé le cheminement créatif que le résultat final! Et cela ne me gêne pas, au contraire ^^

Si vous souhaitez découvrir mon carnet en détail, je vous invite à suivre ce lien: Carnet Processus créatif. Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout, j’espère qu’il vous a plu 🙂 A bientôt!

signature

 

 

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *