Bonjour à tous!

Sur instagram et sur les réseaux en général, on ne voit que le résultat fini. On ignore les doutes, les étapes préalables, les brouillons, les réalisations ratées pour se focaliser sur le « beau » final. C’est le principe des réseaux, et être entouré de toute cette perfection peut être anxiogène.

Se rappeler des premières fois, c’est prendre conscience du chemin parcouru, de ce qu’il reste à faire, s’encourager à davantage de bienveillance envers soi même comme envers les autres.

Lors du live de Paper Lovers Project du mois dernier avec Tatiana et Marie, on a pas mal discuté de cette notion de bienveillance, de l’importance de l’essai, de l’échec comme étape normale du processus créatif.

Aujourd’hui, j’avais donc envie de faire un retour sur, comme le titre l’indique, à mes débuts sur Instagram. Quand je pense premières fois, je veux évoquer le premier post (un peu honteux en terme de qualité, on va y revenir), le premier défi réalisé (pas terminé), le premier challenge mis en place moi même (improvisé) … Bref, que des débuts hasardeux, dont j’ai tiré de jolies leçons !


Mon premier post sur instagram date de juillet 2016. Je ne m’en rappelais pas, mais c’était un dessin inspiré d’Alfons Mucha! La photo est floue, la balance des blanc n’est pas retravaillée, j’ai tenté de manière hasardeuse le filtre insta qui donne un aspect grisé à l’image. Je découvrais tout juste ce réseau, et ai donc uniquement mis les hashtags #dessin, #mucha, #art, bref, le pire pour être référencée. Je n’ai pas écrit de descriptif, pour moi l’image se suffisait à elle même.
L’image suivante sur ce compte qui mélangeait perso et dessin? Une pile de livres prêts à être rangés dans ma bibliothèque (mon compte littéraire Au Baz’art des Mots n’existait pas encore), puis une photo de route (départ en vacances oblige).

La conclusion? Maîtriser les réseaux, cela s’apprend. Comment user des bons hashtags, comment présenter joliment une réalisation, quand poster et que dire… rien de cela n’est inné. C’est en lisant des articles, en regardant ce que faisaient des gens plus à l’aise que moi que j’ai doucement compris comment procéder, et j’en apprends encore tous les jours 🙂

Je ne résiste pas à l’envie de vous montrer le post suivant: étant en vacances, j’ai eu envie de me lancer dans le cahier de vacances créatif. Une activité que je poursuis encore 5 ans plus tard, point positif.
Niveau présentation de l’image, comment dire… des maskings tapes qui ne sont même pas présents sur l’illustration, un sol moche usé comme fond (vive le vieux lino), un filtre grisé du plus mauvais effet. Et ne parlons pas de l’image. C’étaient mes débuts en lettering, j’avais raté le « o » de « to » et avais la flemme de recommencer l’image en entier. Une catastrophe que ce post.

 

Si je devais donner une astuce: privilégiez les réglages personnalisés sur instagram plutôt que les filtres préconçus, du moins pour vos dessins. Le papier blanc supporte bien mal les modifications proposées par le réseau. Dans les réglages « modifiez », travaillez la luminosité et les détails, votre illustration aura déjà un meilleure rendu.

Le premier challenge date de 2017 et a été un premier essai de #100daysofart. J’ai vu trop grand, pour le coup, en souhaitant réaliser un portrait au crayon fusain par jour. IM-POS-SI-BLE à tenir, bien évidemment. J’ai supporté le rythme une semaine, et en ai gardé un mauvais souvenir, mélange de stress et de déception.

Pour les images postées, je pense que la photo ci contre se suffit à elle même. Et non, il n’y a pas de filtre, j’ai voulu prendre une photo en noir et blanc pour donner un côté traditionnel et ancien. Le rendu n’a pas été au rendez-vous!

 

Ce que cette expérience m’a appris, c’est bien de penser mes objectifs et rationaliser les défis. En d’autres termes, je ne me lance plus dans des challenges sans être certaine d’avoir vraiment du temps et de la patience à y consacrer. Je me force à mettre en place un planning, et essaie d’avoir des objectifs atteignables. Plutôt que de me lancer dans une série de portraits traditionnels, mes #100daysofart portent maintenant sur des motifs, des petites cartes ( vous voyez arriver le clin d’oeil au Paper Lovers Project! )

En ce moment, j’essaie de suivre le Paper Lovers Project justement, en le liant avec le #100days. Je me suis amusée aussi à relever le défi « one shot » de Tribulations de Marie, qui proposait de peindre des oeufs de Pâques originaux… la photo de couverture est mon oeuf de Pâques sous-marin! ^^

titre

Assez rapidement, j’en ai eu assez des images de mauvaise qualité et ai voulu numériser mes dessins plutôt que de les prendre en photo avec mon vieux smartphone.  Voici mes premiers résultats, plutôt chaotiques. La première image scannée est complètement grisée, je n’avais pas réglé la fameuse balance des blancs. La seconde montre un papier toujours trop terne, et ne respecte pas le turquoise de l’aquarelle. Enfin, la troisième image est certes un peu surexposée, mais respecte déjà plus le dessin originel!

 

Ici la morale est simple: dans la mesure du possible, privilégier un scanner à un smartphone !

Le premier défi que j’ai organisé a été complètement improvisé! En août 2020, je me suis lancée dans une série de dessins portant sur le thème femme et plante. L’engouement a bien présent, les commentaires positifs m’ont ravie et surprise. Du coup, je me suis dit que d’autres personnes pourraient s’amuser à créer avec moi!

J’ai donc mis en place une banque d’images sur le thème femme et plante. J’ai proposé de reprendre une photo par jour en n’oubliant pas le hashtag #defibelleplante . Les participations ont été au rendez-vous, alors que je n’avais pas préparé quoi que soit, c’en était presque honteux! Merci d’ailleurs aux participantes si elles me lisent, leur intérêt m’a beaucoup touchée et leurs dessins ont été magnifiques.

La morale de l’histoire? J’ai eu une sacrée chance pour le coup et ca a été la seule et unique fois où je me suis lancée dans l’organisation d’un défi… sans m’organiser justement ^^.

Et ce que je retiens surtout, c’est que les gens qui me sont abonnés sur instagram sont supers!

Voilà pour ce retour sur mes débuts compliqués, comme le sont souvent les premiers essais. L’essentiel est de se rappeler du chemin parcouru et ne pas avoir peur des obstacles qui sont liés à l’apprentissage 🙂

A bientôt!

 


2 commentaires

Marie · avril 6, 2021 à 4:05

Merci pour ce retour honnête. Cela fait du bien de lire ce genre d’article encourageant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *